ARTICLE : CHINE

Nihao!

La Chine est le pays qui a le plus enflammé notre imaginaire avant d’y entrer. C’est également le pays sur lequel nous avions le plus d’a priori étant donné l’image globalement négative que l’on en a  en France (empire expansionniste constituant une menace pour nos économies, ne respectant pas les droits de l’homme et du citoyen,…) ainsi que selon les dires de nombreux voyageurs nous ayant relaté les difficultés rencontrées. Pourtant, ce pays nous a bel et bien surpris sur plus d’un plan.

Tout d’abord, par ses habitants qui,  loin de se comporter en maîtres du monde, sont d’une extrême gentillesse, curieux et surtout avenants. Bien qu’ils ne parlent pas anglais, ils font tellement tout pour t’aider que finalement on arrive toujours à se comprendre (avouons le, le guide de conversation demeure quand même fort utile, si ce n’est indispensable).

Ensuite, la Chine nous aura aidés à comprendre la notion même de distance. Nous nous y sommes bien cassés les dents avant d’intégrer qu’on ne parle plus en 8-12h de trajet comme pour les autres pays mais de 14h à 28h voire 35h de trajet ! Ca fait tout de suite une différence ! En raison de cette notion de distance et de la présence constante de chinois toujours et partout, nous avons du revoir notre manière de voyager et ne plus arriver la veille en disant « Bonjour nous voudrions deux places dans un train de nuit ». La personne au guichet nous répondait alors « il n’y a plus de place en couchettes vous devez prendre un siège dur (déjà tu le sens mal), le train part à 17h ce soir et arrive à 21h demain (vous êtes sur, demain ???) oui oui et vous serez trois sur la banquette » (au moins on n’est pas debout, car il y avait des gens qui prenaient des places debout carrément !) !!

Dès notre arrivée dans le pays nous avons été mis dan le bain. Nous nous trouvions dans la petite ville de Hekou à la frontière terrestre avec le Vietnam et souhaitions nous rendre à Xian pour voir les soldats de terre cuite. En nous renseignant à la gare routière nous avons compris que de Hekou à Xian nous en aurions pour 50h de trajet (soit plus de deux jours de transport) aussi pour la première fois depuis le début du voyage nous n’avons pas eu d’autre choix que de prendre un vol interne (aïe aïe le budget !).

Nous avions prévu de faire plein de choses dans ce pays, mais après ce dur atterrissage dans la réalité des distances nous avons vite compris qu’il convenait de revoir notre programme à la baisse car nous n’avions qu’un peu plus de trois semaines ce qui est vraiment peu pour un pays de cette taille et tellement riche à visiter !! Aussi, nous nous sommes essentiellement « cantonnais » 😉 aux principaux points touristiques et grandes villes.

 

La première des villes visitées fut donc Xian, près de laquelle reposent les fameux soldats de terre cuite. Ces soldats gardaient la sépulture de l’empereur Qin Shi Shuan du royaume de Qin (le premier empereur qui unifia la Chine) en témoignage de sa puissance. Ils étaient autrefois peints mais les couleurs ont disparu au contact de l’air lors de l’excavation du site.

 

 

 

La visite des trois fosses est impressionnante et même émouvante lorsque l’on passe à côté des quelques soldats complètement extraits des fosses, dont on peut apprécier les traits sculptés si minutieusement avec tant d’art et de précision. Cependant, la deuxième fosse est toujours en cours d’excavation donc on ne voit pas grand-chose et la fosse principale est tout de même bien moins impressionnante que ce à quoi on s’attend, ce qui est un peu décevant. Nous étions pourtant très heureux d’avoir enfin pu découvrir ces soldats vieux de 2000 ans.

 

A côté de cela, nous avons visité la ville de Xian, capitale de la Chine sous plusieurs dynasties et point de départ de la route de la soie. C’est une ville plutôt agréable dont le centre historique est ceinturé de remparts dont on peut faire le tour à vélo ou à pied. Notre balade en tandem au coucher du soleil était très romantique 🙂 Nous avons également beaucoup apprécié nous promener dans le très animé quartier musulman où l’on peut déguster plein de bonnes choses bizarres, à la croisée des saveurs asiatiques et orientales.

Le soir, la partie moderne de la ville est superbement éclairée, nous avons assisté à un spectacle son, eau et lumière féérique témoignant du profond sens de l’esthétisme de la société chinoise. Nous nous ferons cette remarque à plusieurs reprises durant le voyage. Ce que nous avons d’autant plus apprécié durant le spectacle, ce sont les réactions des gens. Au lieu, comme en France, d’être de simples spectateurs, ils étaient également acteurs, n’hésitant pas à aller dans les bassins au milieu des jets d’eau ! Aussi, ils devenaient eux-mêmes le spectacle et quand certains se faisaient tremper par les jets, tout le public rigolait et d’autres venaient les imiter. Le spectacle et le public ne faisaient qu’un, chacun enrichissant l’autre et renforçant sa raison d’être.

 

Après notre étape à Xian, nous sommes remontés un peu plus au nord du pays, à Pingyao, ville médiévale la mieux préservée de Chine, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. La ville correspond parfaitement à notre imaginaire avec ses maisons centenaires, ses toits courbés, ses lanternes rouges, ses petites rues pavées et ses habitants sur le pas des portes. Cependant, l’impressionnant flux de touristes chinois qui s’écoule à travers les rues du matin au soir au milieu des stands de friture et de souvenirs nous a plus donné l’impression d’être à Disneyland. Nous avons également eu ce sentiment là plusieurs fois pendant notre voyage !

Nous nous sommes ensuite rendus à Pékin où nous avons dormi chez Duff, un natif de la ville rencontré via le site internet Couchsurfing. C’est la première fois que nous faisions appel à ce site communautaire dont le principe initial est de mettre en relation des voyageurs avec des locaux prêts à échanger un verre, à faire découvrir « leur ville » voire à offrir leur canapé pour une ou plusieurs nuits. Ce moyen de voyager est maintenant très répandu dans le monde et garanti des expériences inédites à l’inverse d’un guide de voyage où tout le monde voit et fait les mêmes choses. Grâce  au système de références rédigées par les voyageurs ayant accueilli ou été accueillis par telle personne, tu peux te faire une idée de chez qui tu vas et ainsi ne pas tomber sur n’importe qui ! A partir de Pékin, à chaque étape de notre voyage en Chine, nous sommes passés par ce site internet et avons été accueillis par des hôtes différents dans chaque ville.

Le premier soir, Duff nous a emmenés nous balader dans le quartier olympique, vraiment impressionnant, avant de nous donner un aperçu des spécialités de la ville.

Le lendemain, nous avons eu l’idée mémorable de visiter le mausolée de Mao Tse Tung et la cité interdite un 1er mai, fête du travail, et l’un des (très) rares jours de repos accordés aux chinois dans l’année. Du coup, tous les chinois étaient de sortie ce jour là ! Il est difficile de se représenter la marée humaine qui nous a submergés ce jour là. Nous avons fait plus d’une heure et demi de queue pour voir Mao 10 secondes et autant dire qu’on n’a pas vraiment pu apprécier ensuite la grandeur de la cité interdite tellement le site était bondé. Nous avons toutefois essayé de se la représenter telle qu’elle devait être à l’époque, avec les gens défilant à la Cour en tenue d’apparat, ce qui reste impressionnant.

Heureusement, on s’est rattrapé le lendemain avec probablement la journée la plus mémorable et la plus forte en émotion de tout notre voyage, le point culminant de notre périple à savoir, la randonnée sur la Muraille de Chine. Nous avions décidé de ne pas emprunter les sentiers touristiques et d’aller dans un site plus éloigné de la ville où la muraille est laissée à l’état sauvage.  Avec l’aide de Duff, notre hôte, nous avons loué une voiture et tous les trois sommes partis en expédition. Pour le coup s’en était vraiment une car on a mis plus de 3h pour trouver l’entrée du tronçon de la muraille (Jiankoù), car celle-ci est interdite au public et aucun panneau routier ne l’indique. Ensuite,  nous avons dû grimper à flanc de montagne (on vous raconte pas l’inclinaison) pendant presqu’une heure pour arriver à la crête sur laquelle s’étire la muraille.

De là-haut la vue est saisissante, il n’y a pas de mots assez forts pour décrire ce qu’on a pu ressentir en foulant ces pierres. Toute la grandeur, toute la beauté et toute l’immensité de cette œuvre n’ont cessé de nous saisir pendant les trois heures de randonnée que nous avons effectuées sur le dos du dragon. Nous avons parcouru quelques kilomètres de la muraille (sur les 20 000 km de montagne et de pierres  au total, la muraille étant une œuvre discontinue qui prolonge les remparts naturels) laissée à l’abandon. Si déjà le parcours n’est pas aisé car la muraille suit la crête de la montagne aussi on passe notre temps à monter et à descendre, là il était encore plus ardu car certains pans se sont complètement écroulés, notre randonnée confinait alors parfois à l’escalade.

Le trajet, aussi bien aller que retour, était également magique car nous traversions la Chine que nous avons tous imaginée  avec ses cerisiers en fleurs, ses champs, ses montagnes à perte de vue et la muraille qui s’étire en arrière plan.

Pour achever cette journée grandiose et forte en émotion, notre hôte nous a fait découvrir un restaurant local où déguster le fameux canard laqué de Pékin : un régal !!

 

Après cette étape dans la capitale, nous avons pris la direction de Shanghai où nous avons dormi chez Eric et sa famille, des couchsurfers expatriés américains adorables ! Shanghai est une ville vraiment très agréable. Elle nous a d’ailleurs semblé plus agréable que Pékin car la ville est notamment moins polluée en raison essentiellement des restrictions imposées aux voitures. Ici pas de monuments aussi marquants que la grande muraille ou la cité interdite mais de supers balades à travers les nombreux espaces verts parfaitement aménagés autour des grattes ciel, le quartier de la concession française ou encore la promenade sur les quais du « Bund » le long du fleuve Huângpû. Les rues sont grandes et dégagées et le métro, qui semble neuf, permet de circuler très facilement. Étonnamment, les immenses grattes ciel contribuent largement à l’esthétisme et au caractère de la ville.

 

Après Shanghai, nous nous sommes arrêtés à Xiamen afin de couper le trajet jusqu’à Hong Kong et surtout découvrir les fameuses maisons Tulous de la tribu des Hakkas. Nous avons logé chez Amanda, une chinoise adorable (la plupart des chinois se choisissent des prénoms anglais en plus de leur prénom de naissance) qui nous a emmenés à une beach party et surtout dans des endroits locaux trop mignons comme de petits marchés où tu peux déguster des choses improbables mais délicieuses (comme des boules de glace aux haricots rouges enroulées dans un wrap de riz saupoudré de poudre de cacahuètes). En face de la ville, on aperçoit une petite ile, Gulany Yu, qui se trouve être une ancienne ile coloniale de style méditerranéen. On avait presque l’impression d’être en Italie, c’était fou ! Nous avons passé une journée extrêmement agréable à nous balader dans les petites ruelles de l’ile (toujours pleines de touristes chinois).

Le lendemain, nous sommes allés visiter les Tuloù, maisons de terre construites par l’ethnie Hakkas. Ces habitats sont fascinants car ils sont construits tout en hauteur et regroupent les maisons de nombreuses familles. Il s’agit en fait de véritables forteresses destinées à protéger les familles qui y vivent contre des attaques extérieures. Ces maisons sont encore habitées aujourd’hui et l’on peut s’assoir à la table des habitants pour déguster leur thé qu’ils proposent à la vente. Nous avons ainsi pu goûter plusieurs sortes de thé produits dans la région, ils étaient pleins de saveur !

Notre visite de la Chine s’achève à Hong Kong, où nous avons passés deux jours chez Shan et sa famille qui nous ont très généreusement invités malgré le peu de place qu’ils ont chez eux. Leur accueil et leurs sourires resteront gravés dans notre mémoire. De même que le repas que nous avons partagé avec eux durant lequel, pour la première fois depuis les quatre mois passés en Asie (on est devenus des pros des baguettes !) on nous a appris les quelques règles de savoir vivre pour manger avec des baguettes (l’équivalent des bonnes manières à table chez nous).Tout d’abord, pour resituer le contexte, le repas est ouvert par une soupe puis chacun est servi d’un bol de riz et les accompagnements (légumes et viandes cuisinés avec des sauces et des épices) sont disposés au centre de la table. Chacun se sert plusieurs fois d’accompagnements avec ses baguettes. La baguette doit toujours être propre pour pouvoir se servir dans les plats communs, il ne doit pas y avoir de riz dessus. Ensuite, quand tu te sers d’un plat, tu dois prendre ce qui se présente immédiatement à toi sans choisir le morceau. Par contre, ce qui nous a semblé bizarre c’est que l’on peut faire du bruit en mangeant (donc on a droit à tous les bruits de succion que l’on déteste tant entendre quand on mange une soupe ou des spaghettis en France par exemple). Le repas est également conclu par une soupe. La plupart du temps il n’y a pas de dessert, sinon il s’agit de fruits.

Nous avons bien visité Hong Kong avec Shan qui nous a montré des quartiers sympas, fait déguster encore et toujours des choses bizarres plus ou moins bonnes comme les œufs bouillis dans du thé ou encore des soupes de graines de sésame noir ou de riz violet (ouf ! On a échappé aux intestins et aux pâtes de poulet dont les chinois raffolent !).

 

 

 

Nous nous sommes également rendus au Peak, la colline (couverte de jungle) qui domine la ville et offre une vue imprenable sur ses centaines de buildings, une véritable jungle, urbaine cette fois ci !

Nous avons ensuite continué sur la promenade qui longe le Victoria Harbour et qui permet d’admirer les grattes ciels de l’autre rive. Le soir, un spectacle son et lumière illumine les façades de ces immenses bâtiments. Hong Kong est vraiment une ville étonnante et très dynamique ! Contrairement à la Chine (les habitants de Hong Kong ne se considèrent pas vraiment comme des chinois, qu’ils n’apprécient d’ailleurs pas trop !), presque tous les habitants parlent anglais.

Ces trois semaines se sont écoulées à vitesse grand V et finalement, nous n’avons eu le temps que de visiter les grosses villes et les lieux touristiques, ce qui n’est pas plus mal car la prochaine fois on pourra se concentrer sur les campagnes et des coins plus reculés. Mais pour cela, il faut prévoir plus de temps ou prendre plus souvent l’avion (et donc avoir un peu plus d’argent) car, comme vous l’aurez compris, les distances sont énormes. Nous avons vraiment apprécié cette première découverte  d’un pays si passionnant, aux paysages tellement diversifiés, à la culture si riche et aux habitants adorables !

Chié Chié ! (Merci en chinois 🙂

 

ARTICLES SIMILAIRES:

14 thoughts on “ARTICLE : CHINE

  1. Julie.M
    28 mai 2013 at 18 h 42 min

    I Love comme d’habitude!!!

    1. Marine & Hugo
      1 juin 2013 at 15 h 18 min

      COOL!! Merci ma Julie!! Trop contente que ça te plaise toujours! Tu vas voir les photos qu’on va poster de l’Indonésie là, c’est un truc de fou aussi!! Gros bisous je t’aime!!!!!

  2. bayard
    29 mai 2013 at 12 h 01 min

    bravo ma fille; tu as un vrai talent d’écrivain

    ton papa qui t’aime

    bis ainsi qu’à Hugo

    1. Marine & Hugo
      1 juin 2013 at 15 h 19 min

      Ahah ça c’est bien un papa qui parle 🙂 Merci beaucoup pour le commentaire, ça me touche vraiment !! Je t’aime de tout mon coeur mon papa!!! Tu me manques

  3. Vins
    9 juin 2013 at 23 h 26 min

    C’est la première fois que je lis un reçit aussi long ( Lisa me l’a lu 🙂 ) . Comme dit papa, tu ecris toujours aussi bien, on a l’impression de voyager avec toi ! Tu me manque ma soeur bisous je t’aime.
    ps: bisous au beauf

    1. Marine & Hugo
      11 juin 2013 at 2 h 32 min

      Mon Vincent (et non mon Babe, t’as vu je fais des progrès :-), merci pour votre message avec Lisa (la dactylo je pense 🙂 ça me fait trop plaisir!! Je t’aime de tout mon coeur mon frère et je suis contente que tu ailles voir le blog! Tu me manques! Bisous à tous les deux!!

  4. Coline
    10 juin 2013 at 15 h 17 min

    J’aime autant l’article que les commentaires familiaux 🙂 !
    Toujours le même sens du récit, et la même joie de vivre qui en émane (ainsi que des photos)
    Continuez comme ça, vous êtes supers.
    PS : Je veux une démonstration de maniement des baguettes à votre retour 😉

    1. Marine & Hugo
      11 juin 2013 at 2 h 28 min

      OK pour la démonstration, j’espère qu’on n’aura pas oublié comment faire d’ici là car maintenant c’est fini l’Asie! Merci encore gros bisous (et c’est clair les commentaires de la famille sont trop mignons!)

  5. Chantal LAURENS
    13 juin 2013 at 22 h 45 min

    apparemment, vous n’avez pas pu avoir de contact avec Thibaud Clavel !… Nous nous régalons à participer à votre voyage et à vous voir in situ. grosses bises à tous deux
    Chantal et Pierre

    1. Marine & Hugo
      15 juillet 2013 at 8 h 10 min

      Coucou! Comment vas tu?? Non malheureusement nous n’avons pas pu le voir mais nous avons pu nous parler par mail avant le départ au sujet de la Thailande 🙂
      Merci beaucoup de suivre le blog, ça nous fait trop plaisir et on est contents si on peut faire voyager !!!
      Gros bisous à vous deux! Je pense fort à vous!!
      PS: J’ai mangé (un peu) du très bon poisson en indonésie, donc peut être qu’au retour on pourrait essayer de se faire un repas poisson ;-). J’ai aussi mangé du crocodile mais c’est différent ahah
      Bisous

  6. dervieu eric
    27 juin 2013 at 13 h 48 min

    Et moi qui croyais que le grand specialiste des Baguettes c etait moi!!! Je tombe de tres haut !!! Enormes bisouxxxx Eric TamTam

    1. Marine & Hugo
      15 juillet 2013 at 8 h 15 min

      On pourrait faire un duo : toi tu joues et moi je mange
      (ça me plairait bien 😉 Gros Bisous!!!!

  7. 11 juillet 2013 at 15 h 30 min

    Un beau parcours tout de même! vous avez fait les essentiels! c’est vrai que la chine est un pays complexe à visiter, les trajets sont assez rebutants sans compter certaines provinces difficilement accessibles en transport… Nous qui crisons pour un Lille-Toulouse, je crois que pour eux c’est du pipi de chat 😀

    Olivier

  8. roopiwew
    24 novembre 2017 at 9 h 04 min

    you have a terrific blog here! would you like to make some invite posts on my weblog? ggdgaegbcaff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *